Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Love Z World

Love Z World

Partage de Voyages en Images

Pèlerins d'Angkor

Après les merveilles de la Nature, prenons le temps d'aller voir au Cambodge si l'Homme peut rivaliser...

Dans l'avion entre Phnom Penh et Siem Reap, la cité-dortoir des temples d'Angkor, nous sommes un peu inquiets car le paysage qui défile sous les ailes est celui d'une gigantesque inondation ; les routes ont disparu et seule la cime des plus grands arbres émerge de cette mer intérieure. Certes octobre marque l'apogée de la saison des pluies au Cambodge mais les guides parlent d'averses de fin de journée et de nuit.

Le premier jour, confiants en nos quadriceps, nous louons des vélos et décidons un approche "historique" du site d'Angkor, pour voir l'évolution de l'architecture khmère au cours des siècles. Les plus vieux sont à 25km, ce qui aller-retour et sous le soleil était un peu présomptueux pour les cyclistes du dimanche que nous sommes (mes fesses s'en souviennent encore).

Autre petit détail croustillant : pour avoir une selle assez haute je loue un bon VTT à 3 dollars tandis que Marie se contente du standard à 1 billet vert. Quelle différence me direz-vous ? Marie a besoin de faire 15 tours de pédales quand j'en fais un demi... L'un sera donc plus fatigué que l'autre en fin de journée...

Une belle entrée en matière, la seule qui sera sèche. Mais ça, on n le sait pas encore...

Après l'effort, décompression dans la piscine de l'hôtel, tandis que l'horizon s'assombrit...

L'averse se calme, remise en selle, et là, pour reprendre cette expression éculée, "c'est le drame"... Si d'aventure on n'avait pas su ce que violence voulait dire, c'est chose faite : les éléments (pluie, vent, éclairs, tonnerre) se déchaînent et le ciel ira même jusqu'à nous tomber sur la tête sous la forme d'une branche qui assommera Marie à demi.

Complètement trempés, nous repartons vers le site principal pour admirer tenter d'admirer la vue panoramique de la colline de Phnom Bakheng. C'est moins sympa quand le temps est dégueulasse et que la taupe a ses lunettes trempées et embuées. Frustrant.

Retour sous une petite pluie fine toute bretonnante...

Ces quelques 60 km sous la pluie ont quelque peu "douché" notre enthousiasme pour la bicyclette, donc nous votons à l'unanimité pour le tuk-tuk.

Deuxième jour : dentelle de grès rose du temple de Banteay Srei, dont notre André Malraux national, ancien Ministre de la Culture reposant aujourd'hui au Panthéon, a dans sa jeunesse piqué un bas-relief pour le ramener en France. Bel exemple !

Le reste de la journée se fera sous parapluie, notamment le Ta Phrom, où la Nature, par l'intermédiaire des racines de fromager, a repris le dessus.

On s'est gardé le meilleur pour la fin : grandeur et majesté d'Angkor Wat et visages énigmatiques du Bayon, hélas un peu altérés par les hordes de chinois et leurs iPads... On aurait égoïstement préféré le découvrir dans les premiers rayons du soleil à l'époque des explorateurs, à dos d'éléphant.

Mais bon, il faut vivre avec son temps (entendez par là notre époque, mais aussi la pluie...) !

Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor
Pèlerins d'Angkor

Partager cet article

Commenter cet article

Julien 22/10/2013 10:07

Je ne savais pas que Marie s'était pris un arbre sur la tête ! En tout cas déçu pour vous que vous n'ayez pas eu un petit brin de soleil pendant vos visites... Les photos sont magnifiques !

Félix 22/10/2013 15:41

Bah, on y retournera... Angkor (c'était juste pour l'écho...)