Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Love Z World

Love Z World

Partage de Voyages en Images

Aux environs de Savan'

Nous avions initialement prévu un weekend à Tad Lo sur le plateau des Boloven, mais il va falloir s'y faire, la pluie s'est invitée dans le programme, nous empêchant de rejoindre la gare routière vendredi soir.

L'adaptabilité devant devenir la qualité première du volontaire (dixit la formation pré-départ), on part pour Savannakhet en moto le lendemain matin. 2h30 de route 13, la "colonne vertébrale" du Laos, qui pourraient être monotones s'il ne fallait pas slalomer entre les vaches, les chiens, les poulets,...

On finit par comprendre pourquoi les laos portent manches longues et masque sur la route malgré les 35 degrés et la chaleur de plomb :

- manches longues = écran total

- masque = évite de manger la poussière à chaque passage de voiture ou de camion...

Une première journée architecture coloniale (voir article précédent), le dimanche c'est "riding" entre les gouttes à la découverte des curiosités environnantes.

1er stop : Bungva Lake et ses petites cabanes sur pilotis où siroter une boisson chaude ou fraîche en regardant les buffalos se baigner.

Ensuite instants de recueillement au That Ing Hang, le plus important monument religieux de la province de Savannakhet, qui contiendrait des vertèbres du Bouddha...

Quelques kilomètres de boue plus loin le Phonsim Turtle Lake, sans tortues, ni rien d'intéressant d'ailleurs.

Notre premier vrai bain de boue... Pour la prochaine sortie de ce genre on fera monter un pneu cross sur l'engin car ce n'est pas toujours évident...

Arrivée à la forêt des singes ; un peu sûrs de notre coup, on achète un petit régime de bananes avant de partir à la recherche de nos plus proches cousins. Environ 3 secondes après avoir sorti les bananes du panier de la moto, j'ai un singe agrippé au pantalon que j'essaye de faire lâcher prise en tournoyant sur moi-même avec les bananes en l'air, hors de sa portée. Le manège dure quelques secondes, jusqu'à ce que le petit salopard montre les crocs... Courageux, je me débarrasse de l'objet de la convoitise, qui disparaît au sommet d'un arbre avec son nouveau propriétaire en deux temps trois mouvements. Revanchard, j'essaye de lui balancer une branche : il se barre plus haut, hors de portée, et se sustente tranquillement, en prenant bien soin de nous regarder... Se méfier des vieux mâles...

Quelques dizaines de mètres plus loin, ils sont tous là, beaucoup plus petits et beaucoup moins agressifs : ils posent pour les photos et mangent à peu près gentiment ce qu'on leur donne. C'est ce qui s'appelle se faire enfler en beauté...

Après cette déroute, la route se dégrade encore : nids de poules vaches, ornières, boue, boue, boue... jusqu'à la rivière, qui devait être à sec. Oups, "devait" être à sec...

Demi-tour vers Thakhek : 200 km, nos fesses s'en souviennent encore...

Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'
Aux environs de Savan'

Partager cet article

Commenter cet article